En ligne téléchargement gratuit Passions Scolaires en Côte d'Ivoire : École, État et Société epub pdf

En ligne téléchargement gratuit Passions Scolaires en Côte d'Ivoire : École, État et Société epub pdf

Passions Scolaires en Côte d'Ivoire : École, État et Société

  • ISBN: 2845862997
  • Author:
  • Langues: Français
  • Évaluation: 4.0/5 (Votes: 2039)
  • Broché: 390 des pages
  • Disponibilité: En stock
  • Télécharger les formats: PDF, EPUB, KINDLE, FB2, AUDIBLE, MOBI et d'autres

Description du produit

En Côte d'Ivoire, l'École est au centre de passions privées et publiques, de luttes individuelles et collectives, autant de la part des familles que des syndicats d'élèves et d'enseignants. Sur la scène publique, mais aussi dans les coulisses de l'intimité familiale, elle pose la " question sociale " dans toute sa brutalité : plus inégale que libératrice, elle conserve malgré tout, en l'absence d'autres alternatives de mobilité sociale, une force paradoxale d'attraction. Nul ne veut ou ne peut y renoncer complètement, nul ne s'en exclut non plus sans en payer le coût social. L'École semblait garantir à tous une promotion sociale. Elle tint cette promesse jusque dans les années soixante-dix, au moins pour un certain nombre de diplômés des classes populaires et moyennes. Nombreux furent les enseignants du secondaire et du supérieur qui accédèrent à des postes dans l'appareil politique ou dans la haute fonction publique. Le diplôme fut ainsi valorisé par la promotion sociopolitique qu'il autorisait, bien plus que pour les connaissances qu'il était censé valider. L'École et les illusions qu'elle entretenait participaient ainsi à la perpétuation du régime politique autoritaire de Félix Houphouët-Boigny, qui prétendait apporter en mieux-être économique ce qu'il retirait en liberté publique. La fin du " miracle " ivoirien se manifesta dès la fin des années soixante-dix : soumises aux plans d'ajustement structurel, à la réduction drastique du marché du travail et à une paupérisation constante, les fractions sociales moyennes en subirent de plein fouet les effets et firent l'expérience des limites de la transmission à leur descendance d'un " destin " collectif en ascension. La " crise de l'école " apparaît ainsi comme une " crise de croyance " en l'efficacité de l'institution scolaire en tant que moyen de promotion sociale et comme condition d'accès au champ du pouvoir. Elle exacerbe également les conflits et les luttes entre les agents du champ scolaire (enseignants, syndicats, entrepreneurs privés, élèves, étudiants, parents d'élèves) et les responsables politiques qui en avaient défini les objectifs. L'École pose ainsi non seulement la " question sociale " mais aussi la " question politique ".